Outils, modèles et techniques de la PNL

NLP-toolkitAvez-vous une idée claire des compétences que vous voulez acquérir, développer, renforcer au cours d’une formation PNL ? Avez-vous une représentation précise des moyens techniques, méthodologiques ou pédagogiques qui seront mis en œuvre pour acquérir les compétences attendues ?  Pour comprendre les moyens spécifiques à la PNL utilisés pour développer les compétences, il convient de comprendre le jargon de la PNL.  Un jargon que vous allez retrouver dans la description d’une formation professionnelle basée sur l’approche de la PNL. Quand on vous parle des  « outils », « techniques », « cartes », « modèles », « aptitudes, capacités, compétences », « présupposés »…de la PNL, savez-vous de quoi il s’agit et en avez-vous une représentation claire ?  Ces distinctions ne sont pas toujours simples, même pour des professionnels. Pour le non spécialiste, ces mots sont générateurs de confusion. Et ce qui n’est pas compris, engendre bien souvent la méfiance. Une formation professionnelle repose sur la précision des objectifs pédagogiques, du déroulé pédagogique et des méthodes sur lesquelles elle s’appuie. Le premier devoir de l’organisme de formation est donc celui de la transparence, en faisant en sorte que son langage soit compris et en apportant une définition précise du vocabulaire utilisé. Puisque la PNL enseigne la manière de transformer les abstractions du langage en descriptions précises, faisons en sorte d'utiliser les modèles de la PNL pour tenter de décrire de façon claire ses moyens d'action.

Le langage technique de la PNL

La PNL s’intéresse à la manière dont les individus organisent leur subjectivité pour mettre en œuvre une capacité/compétence en termes d’apprentissage, de communication ou de changement et atteindre un résultat souhaité. Pour modéliser une compétence, c’est-à-dire obtenir une description des processus cognitifs (pensées, croyances, valeurs), émotionnels (énergie pour agir et système d’information et de rétroaction) et comportementaux indispensables à sa mise en oeuvre, nous avons besoin d’un ou plusieurs modèles (les personnes qui possèdent la compétence), d’une méthodologie pour décrire les processus de réalisation (les stratégies) et les processus de soutien (les croyances et valeurs, les présupposés et concepts de soi), et enfin de cartographier les éléments clés de cette compétence. Pour tenter de reproduire la compétence par une série de simulations, nous avons besoin de modèles (comme dans le modélisme). Pour transmettre à d’autres personnes cette compétence dont les éléments structurants ont été mis à jour, nous avons besoin de techniques. Et celles-ci font appel à des outils. Commençons donc par faire des distinctions claires dans le vocabulaire utilisé en PNL. 

Les présupposés et présupposés de la PNL

Une définition des présupositions

Les présuppositions représentent ce qui doit exister et ce qui est important dans notre modèle du monde pour croire à quelque chose. Les présupposés sont pour la plupart inconscients et quand ils sont reliés par des relations de cause à effet, ils génèrent des croyances. Celles-ci vont autoriser ou pas la mise en œuvre d’une capacité (une carte mentale) dont la fonction est d’organiser les comportements nécessaires à l’obtention du résultat recherché. Dire « le père Noël ne m’aime pas car il ne m’a pas apporté de cadeaux» n’a de sens que si je ne présuppose pas l’existence de ce père noël, des cadeaux, de la possibilité de m’aimer ou pas, de la possibilité d’arriver dans la maison pour y apporter quelque chose, et de la possibilité d’un lien entre le fait qu’il m’aime ou pas et le fait de recevoir des cadeaux. Dire « il doit atteindre ses objectifs de vente » présuppose l’existence d’un individu (vendeur ?) et d’un acheteur (client ?), d’un objectif (un résultat quantifiable), la possibilité d’atteindre le but et d’un enjeu important si le but n’est pas atteint. Produire un document sur votre ordinateur présuppose que ce que vous nommez « ordinateur » existe, possède la capacité à produire le document souhaité, et que ce que vous allez faire avec cet objet « Ordinateur » va aboutir à la réalisation du document.

Les présupposés sont souvent inconscients et représentent les fondations du cadre de référence d’une personne. Lorsqu’on modélise une personne considérée comme performante, on recherche les présupposés qui sous-tendent la performance. Si un individu n’arrive pas à faire ce qu’il souhaite, on peut également identifier les présupposés qui s’opposent à la réalisation de ses buts. La question pour identifier un présupposé est la suivante « qu’est-ce qui doit exister et être important dans le cadre de référence d’un individu pour penser comme il pense, ressentir ce qu’il ressent et agir comme il le fait ? ». L'identification des présupposés d'une personne qui relate un événement est certainement le niveau le plus fin de compréhension de son modèle du monde. Accompagner une personne dans un changement, consiste à se synchroniser avec son modèle du monde (et ses présupposés) puis à la guider dans une expérience (protocole) qui va réagencer les présupoosés de la personne d'une manière plus aidante et plus utile pour elle.

Les présupposés de la PNL

keep calm and focus on presLa PNL dispose de ses propres présupposés, c’est-à-dire d’hypothèses de base qu’il convient d’adopter pour que ce qui est nommé      « PNL » puisse produire les résultats qu’on peut attendre d’elle. Les présupposés de la PNL sont des postulats ou axiomes (au nombre d’une dizaine selon J. Grinder ou R. Bandler ou le double selon Robert Dilts) qui imprègnent toutes les techniques PNL. Ces présupposés qui concernent la communication, l’apprentissage et le changement n’ont pas à être démontrés. Il ne s’agit pas de savoir si ces présupposés sont justes ou faux, mais plutôt de les mettre à l’épreuve de la pratique pour juger de leur efficacité et de leur utilité. La pratique des techniques PNL vise l’intégration de ces présupposés de façon à ce qu’ils s’organisent en systèmes de croyances.  La personne n’a alors plus besoin « d’expériences PNL » pour intégrer de nouveaux présupposés. Elle peut devenir autonome dans ses apprentissages. L’intégration des présupposés de la PNL doit être envisagée comme un chemin idéalisé à suivre, et non pas comme un objectif à atteindre. Je n’ai pas encore rencontré l’humain qui aurait intégré l’ensemble des présupposés de la PNL, même chez les créateurs, développeurs ou enseignants de la PNL.

Chaque expérience de vie constitue une occasion d’actualiser nos présupposés ou croyances et la vie est suffisamment longue pour nous offrir l’opportunité d’en modifier ou ajuster quelques-uns, ce qui suffit parfois à faire une différence considérable dans la vie d’une personne. rappelez vous vos présupposés sur l'existence du Père Noêl. Ceux qui déclarent de façon bien exagérée « la PNL a changé ma vie » veulent dire plus modestement que la PNL leur a apporté des expériences suffisamment significatives pour faire bouger quelques présupposés, et qu’ils arrivent de ce fait à faire ce qu’ils ne s’autorisaient pas à faire. En sachant que modifier un présupposé est une différence qui  peut faire une grosse différence dans certains aspects de la vie d’une personne.

Nos présupposés évoluent dans le temps. Ceux qui nous sont proposés et qui sont trop éloignés des nôtres seront rejetés d’emblée (par exemple ceux sur l’intention positive et sur l’existence des ressources…etc.) pour être ultérieurement reconnus comme des « évidences »  à la suite d’un ou plusieurs exercices, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils ont été intégrés. Je peux admettre l’idée que fumer est mauvais pour la santé sans m’arrêter pour cela ; ou admettre que la formation est un bon moyen de développer mon employabilité sans pour autant me former.

Rappelons à nouveau que le premier objectif de la PNL est d’intégrer ses présupposés (son système de connaissance et de valeur), et que les méthodologies et techniques proposées ne sont qu’au service de l’intégration de ces présupposés. Ce qui signifie que la question la plus importante à se poser avant de suivre une formation en PNL est la suivante « Suis-je en accord avec ces présupposés, ou ai-je envie de les acquérir ? »; Voir ces présupposés PNL illustrés par des photographies.

Les aptitudes, capacités et compétences

L'aptitude : cest une disposition innée ou acquise qui désigne le potentiel d’une personne par rapport à une tâche ou une activité. C'est une organisation émotionnelle, motivationnelle, perceptuelle et cognitive durable de croyances relatives à un ensemble de référents, qui prédisposent un individu à réagir positivement ou négativement aux objets ou référents. Les aptitudes sont physiques (aptitudes sensorielles ou psychomotrices comme la dextérité manuelle, la résistance physique) ; intellectuelles (intelligence abstraite, concrète, créative), ou relationnelles (affectivité, autonomie, stabilité émotionnelle).

D’un point de vue PNL, la présence d’une aptitude signifie que la personne a déjà « incorporé » les croyances ou présupposés nécessaires à l’exécution de la tâche. Dire « il a une aptitude pour diriger les autres» présuppose que la personne dont on parle croit d’une part à l’existence d’un processus de direction, à la possibilité d’avoir un impact sur les autres, de les guider dans une direction choisie, et d’autre part de disposer des capacités nécessaires au processus de « direction ».

La capacité : elle représente la manifestation concrète des aptitudes présentes. Les capacités sont « les dispositions ou facultés constatées permettant à une personne d’accomplir les activités et les tâches physiques, manuelles, intellectuelles, méthodologiques, artistiques, d'adaptation, d'initiatives » ...qui  composent une fonction. C'est aussi le degré d’aisance (performance) démontré, naturel ou acquis par l’expérience, dans un champ d’activité donné. Les capacités sont relatives à la personne et aussi à l'organisation : capacité financière, de production, logistique, collective... Elles ne sont pas mesurables, mais induisent des compétences qui, elles, se subdivisent en composantes évaluables.

Les capacités s'énoncent généralement par des verbes, par exemple capacité à...être et à vivre en contact avec un environnement ; capacité à analyser et à évaluer sa propre expérience ; capacité à identifier et à mobiliser les ressources utiles à son développement ; capacité à s'investir dans un projet professionnel et dans des relations avec les autres ; capacité à recevoir et comprendre avec ce que les autres communiquent ; capacité à faire évoluer ses comportements en fonction de l’autre, des circonstances et du milieu ; capacité à clarifier ses objectifs, à donner du sens et de la valeur en milieu professionnel ;  capacité à respecter des comportements éthiques en situation professionnelle.

Pour la PNL, la capacité est comme une carte mentale qui a pour fonction de séquencer, coordonner les comportements. Les aptitudes et capacités préexistent, à des degrés divers et à différents niveaux de conscience, à un apprentissage des outils et modèles de la PNL.  Les stagiaires vont souvent dire quelque chose comme : « Je faisais cela sans m’en rendre compte, que je savais le faire ou sans savoir que cela se dénomme ainsi ». La PNL permet d’accroître la conscience des processus cognitifs mis en œuvre dans de nombreuses situations. Ce gain de conscience facilite la modélisation de soi et des autres, donc le transfert d’une capacité d’un contexte à l’autre. Mais la PNL  n’invente pas les processus cognitifs qu’elle décrit, même si elle lui attribue une terminologie (calibration, rapport….etc.) qui lui est propre.

Exemple de capacités en PNL: de nombreuses personnes ont la capacité inconsciente à établir la relation (rapport), à observer le langage non verbal de l’autre (calibration), à questionner les imprécisions du langage (métamodèle), sans avoir suivi une formation en PNL. Ces personnes ne savent par contre pas décrire comment elles font, ce qu’elles font, donc ne savent pas transférer les capacités dans un plus large choix de situations.

Une compétence : c’est la capacité à mettre en œuvre des connaissances, des savoir-faire et comportements selon certains standards de performance, définis et évalués dans des conditions spécifiées. La compétence est une qualification professionnelle qui se décline en savoirs (connaissances), en savoir-faire (pratique) et en savoir-être (comportements relationnels) ainsi qu’en aptitudes physiques. Pour effectuer les tàches qu’on attend d’elle sur un poste de travail, on évalue si la personne a ou non acquis les compétences requises. Une compétence se distingue d’un potentiel qui serait une "compétence en devenir".

Pour la PNL, l’acquisition d’une compétence nécessite trois conditions : la volonté (ou motivation) d’un apprentissage, la capacité à apprendre, et l’occasion d’appliquer cette capacité dans un contexte professionnelle déterminé.

Les cartes de la PNL

Une-carte-nest-pas-le-terriPour le cartographe, une carte est une représentation en deux dimensions des caractéristiques d’un terrain ou d’un territoire. La terminologie de carte recouvre plusieurs significations en PNL, en fonction du niveau d’abstraction ou d’expérience cartographié.
La carte du monde d'un individu est l'ensemble de ses représentations internes inconscientes (ce qui est vrai et important pour elle), et cette carte résulte d’un processus individuel de modélisation et d’interprétation de la réalité perçue. 
La carte mentale d’un individu rassemble les informations nécessaires à la mise en œuvre de comportements spécifiques.
Une carte est également en PNL une représentation graphique ou schématique en deux dimensions d’une situation afin d’en faciliter l’orientation, la compréhension et l’analyse (comme un plan ou une carte routière). La fonction d’une carte n’est pas d’être vraie ou exhaustive, mais de rassembler les repères nécessaires à l’atteinte d’un résultat.
Exemples de cartes PNL : la carte de l’expérience subjective (Index de computation), la carte des niveaux logiques, et tout dessin ou schéma illustrant un concept PNL.

La carte de la modélisation est l’une des cartes les plus originales de la PNL. C’est en quelque sorte une carte pour apprendre à apprendre. La modélisation est la méthode la plus naturelle, la plus pragmatique, la plus simple et la plus efficace qui soit pour acquérir un savoir-faire, que l’on nommera tantôt aptitude, tantôt capacité, tantôt compétences. La modélisation peut également nous aider à comprendre notre propre épistémologie en répondant à la question « Comment savons-nous ce que nous savons ? », et aussi à élaborer de nouvelles techniques.

Les modèles de la PNL

Selon le dictionnaire, un modèle représente ce qui est (personne, objet) donné pour servir de référence ou d’exemple du fait de ses qualités ou caractéristiques propres ; ce qui est donné (personne ou objet) pour être reproduit à l’identique ; ce qui constitue une représentation schématique d'un processus ou d'une démarche raisonnée ; ce qui permet (personne, objet, concept) des essais-erreurs ou des simulations (en coiffure, en couture…etc.)
Le mot modèle recouvre également plusieurs significations en PNL. Dans une démarche de modélisation, le modèle est la personne qui possède certaines qualités « idéales » et qui peut servir comme base à l’imitation. Les premiers modèles des créateurs de la PNL ont été Virginia Satir, Pritz Perls et Milton Erickson. Le modèle peut également être une représentation simplifiée et en trois dimensions  d'un processus facilitant non pas la compréhension mais l’expérimentation ou la simulation d’actions. A l’image d’un « patron » en couture, le modèle montre la marche à suivre pour obtenir un vêtement conforme à celui de l’image, ou d’expérimenter des variantes. De même que les modèles réduits d’une voiture ou d’un bateau permettent de simuler des embouteillages ou la navigation lors d’une tempête.

Exemples de modèles PNL : Modèle TOTE, SCORE, SOAR, modèle des parties, Méta-modèle, Milton Modèle.

Ces modèles, qui sont plus spécifiques à la PNL permettent : a) de  faire des simulations (une suite d’essais erreurs jusqu’au moment où je trouve la combinaison qui me convient), b) de comprendre comment nous construisons  nos propres cartes mentales et comment nous pouvons les actualiser. Un des bénéfices évident d’une formation en PNL est de savoir réfléchir avec plus d’efficacité (structurer sa pensée, installer plus de rigueur dans nos modes de pensée, élaborer des stratégies efficaces…etc.). Cette « structure de l’efficacité »  pour décider, motiver, mémoriser, apprendre, créer résoudre des conflits…etc., est transférable à de nombreux contextes de vie et devenir une compétence.

Modliser avec la PNL DiltsLa modélisation en PNL est une méthodologie d’auto-apprentissage, qui ne repose pas sur un savoir théorique mais sur l’identification et la formalisation de la « structure d’une expérience subjective » et son utilisation dans différents contextes. Aucune autre méthode psychologique ne semble proposer une méthode de modélisation comme le fait la PNL. L'apport majeur de la PNL au coaching est celui de la modélisation. Le coach va aider son client à aller chercher autour de soi ou en soi la ressource nécessaire à la réalisation d'un objectif, modéliser cette ressource, puis la transférer dans le contexte ou elle fait défaut. Si la PNL propose des techniques de communication, d’apprentissage et de changement issues de la modélisation, elle enseigne également à modéliser de façon à devenir autonomes dans les apprentissages nécessaires à une évolution. Apprendre sans cesse est certainement devenu un des facteurs clé de l’adaptation des individus et organisations aux mutations du monde, comme de leur réussite. Dans certains domaines techniques, les savoirs sont vites périssables et ont besoin d’être renouvelés rapidement. L’enjeu professionnel de l’apprentissage est celui de la performance et de l’employabilité actuelle ou future. Sans un mode d’actualisation rapide de nos apprentissages, il n’y a pas d’adaptation aux nouvelles exigences professionnelles, il n’y a pas de changement possible de métier ou de fonction. La modélisation en PNL a certainement beaucoup à apporter dans ce domaine.

Les outils de la PNL

Selon le dictionnaire, les outils sont des objets ou instruments finalisés, extérieurs à l’individu et multi usages, utilisés par ce dernier pour accroître l’efficacité de son action. Un marteau ou un tire bouchons sont bien des objets qui répondent à la définition d’outils.
Les outils de la PNL sont avant tout des modes de pensée qui servent à construire des interventions (par exemple des techniques). Ces modes de pensée sont disponibles dans son environnement, ne constituent pas une partie intrinsèque du fonctionnement d’une personne (il n’y a pas de niveaux logiques dans le système nerveux d’une personne !) et leur utilisation est multi usages. Comme les instruments de ma caisse à outils, les marteaux et pinces de la PNL peuvent servir à séparer, associer, trier, ajuster…etc.

Exemples d’outils PNL : Analyse contrastée, recadrages, ancrages, métaphores, ligne du temps, tris spaciaux, niveaux d’abstraction ou niveaux logiques

Les outils cognitifs utilisés en PNL sont peu nombreux et très peu sont spécifiques à la PNL. L’important n’est pas l’outil en lui-même mais ce qu’il permet de faire. Les outils sont importants si on ne s’y identifie pas et si on est prêt à les remplacer quand on trouve mieux pour réaliser ce que l’on souhaite. Si savoir écrire est important pour la réalisation de mon projet littéraire, j’ai bien sur le choix des outils : utiliser un ordinateur, ou par nostalgie continuer à me servir de ma vieille machine à écrire, ou même d’un bon vieux stylo à plume. A moi d’apprécier les conséquences de ces divers choix.

Les techniques PNL

Ce sont l’ensemble des procédés mis en oeuvre dans un métier, un art, une science...C’est donc la manière d’utiliser les outils dans un contexte donné afin d’obtenir un résultat tangible. Par exemple, la manière d’utiliser un ciseau à bois (l’outil) pour sculpter est une technique.
Les techniques PNL sont les procédures ou séquences d’action permettant d’identifier, d’accéder et d’appliquer les ressources nécessaires à l’atteinte d’un résultat. Une technique PNL permet  donc de passer du niveau du savoir/représentation à celui de l’expérience/réalisation.  La même technique ne sera pas utilisée de façon identique selon les contextes. La construction d’une technique fait appel à des aptitudes, des cartes, des modèles et des outils. Une technique peut être représentée sous forme de cartes.

Exemples de techniques PNL : Swish visuel, recadrage en six étapes, changement d’histoire personnelle, négociation entre parties.

L’originalité des techniques PNL est leur efficacité, et il existe plusieurs explications à cela :
- les techniques PNL ne sont pas issues d’un savoir théorique mais d’une reproduction ou modélisation  de ce qui marche chez des modèles/experts (par exemple l’ancrage de ressource avec Erickson comme modèle) ;
- les techniques PNL associent de façon inhabituelle un certain nombre de processus (par exemple amener des ressources dans des expériences du passé lors d’un « changement d’histoire »). La ré-empreinte de Robert Dilts rassemble le savoir de plusieurs génies de la psychologie (S. Freud, W. James, M. Erickson, C. Lorentz, T. Leary….etc.)

Dans le cadre d’une formation, l’expérimentation des techniques PNL permet avant tout des prises de conscience concernant par exemple : a) la découverte de la structure de l’expérience subjective  propre à la modélisation ; b) l’apprentissage de distinctions importantes, par exemple entre Structure versus Contenu et entre Subjectivité versus Objectivité ; c) la découverte que tout état interne (assurance, stress, joie, confiance, sécurité…etc.) résulte d’un processus de pensée souvent inconscient et qu’il est possible de modifier. Accepter l’idée qu’une subjectivité si différente de ma pseudo « objectivité »  puisse  générer les résultats recherchés est déjà une révolution de la pensée. Pour citer Vahinger, il y a dans les têtes des individus des fictions ou même des idées folles susceptibles de produire d’excellents résultats. Puis apprendre à se focaliser sur la structure d’une expérience (ce qui est nécessairement présent et important pour créer et maintenir cette expérience) plutôt qu’à son contenu (les commentaires à propos de l’expérience), est une autre forme de révolution ! Il n’est donc pas nécessaire d’analyser tout le contenu d’une carte mentale pour obtenir un changement, et on peut obtenir ce dernier parfois sans se parler (mais pas sans communiquer !) Les jeunes enfants apprennent non pas de ce que disent leurs parents, mais par l’imitation de ce que font leurs parents. Ces changements de présupposés sont le gage du développent durable de nouvelles compétences.

Certains éléments sont, selon les contextes,  des cartes, des outils ou des techniques, par exemple :
-   l’ancrage de ressource (aptitude) ou désactivation d’ancrage négatif (Technique)
-   les niveaux logiques peuvent être à la fois une carte (dessin au tableau) ou un modèle (pour expérimenter ou simuler) ou une technique (alignement des niveaux logiques)
Une fois les distinctions faites au sein de « l’équipement de la PNL » il reste à voir comment elles prennent place dans une formation de praticien PNL ou un maître Ppraticien PNL

Les niveaux de formation en PNL

Un praticien PNL est celui qui, du fait de sa pratique, possède un niveau de compétences « suffisant » pour démontrer un savoir-faire concernant la communication interpersonnelle, l’apprentissage et le changement. Ces compétences sont d’abord conscientes avant de devenir inconscientes (un nouveau programme).

Un maître praticien PNL est celui qui du fait de sa pratique possède un niveau de compétence « suffisant » pour démontrer un savoir-faire, et un niveau de conscience suffisant pour expliquer quelle « structure  subjective » (les mécanismes cognitifs, émotionnels et comportementaux) a été utilisée pour mettre en œuvre un savoir-faire particulier.

Un enseignant PNL est celui qui a en plus la capacité à transmettre l’acquisition d’un niveau de compétence et de conscience.

  Praticien PNL Maître praticien PNL
 Compétences  Inconscientes
(Démontrer un savoir-faire)
 Conscientes
(Démontrer un savoir-faire et l’expliquer)
 Niveau d’expérience  L’action « visible » et les cartes mentales
qui organisent cette action.
(Comportements, capacités) 
 Les règles « invisibles » qui soutiennent ou pas
la mise en œuvre des actions.
(Croyances, valeurs, Identité)
 Présupposés PNL  Compréhension des présupposés Intégration de quelques présupposés